Depuis plusieurs mois, chaque jour, je respire en observant mon état intérieur. Parfois, je n’ai aucune envie de méditer. Les obligations me pressent et le temps file.

Lorsque je me sens bousculée par les « je dois » et les « il faut », un questionnement survient dans mon esprit. Est-ce que je perds mon temps à me déposer sur un coussin pendant 30 minutes? Comment savoir si je progresse dans ma pratique? Suis-je en train d’entretenir l’illusion que je vais bien ou l’image superficielle d’une femme zen en contrôle de sa vie?

Difficile de répondre à ces questions. Une vidéo1 de Sadghuru, un yogi terre à terre qui oriente mes réflexions, m’a aiguillée à ce sujet.

Voici ce que j’en retiens. Inutile de parler de « progression spirituelle », de « processus d’évolution de l’âme » ou d’autres concepts ésotériques. Me référer à mon expérience directe, comme mes sensations physiques et mes états d’esprit, permet de répondre à ces questions. Suis-je agitée ou reposée? Suis-je irritable ou de bonne humeur? Si je vis une émotion désagréable, quelles sont mes pensées par rapport à cette émotion? Voilà des questions simples et concrètes pour savoir où j’en suis.

Quand les doutent m’assaillent quant à l’utilité et à la pertinence de ma pratique, je me rappelle les raisons pour lesquelles j’ai commencé à méditer :

– stabiliser mon humeur et diminuer la fréquence des états d’esprit de tristesse et d’anxiété

– obtenir davantage de clarté sur la façon de m’épanouir

– augmenter mon enthousiasme et ma capacité à agir

– améliorer ma confiance en moi

– aller vers les autres plus facilement

En gardant ces objectifs en tête, pour savoir si mes efforts portent leurs fruits, je me pose les questions suivantes :

Depuis que j’ai commencé à méditer quotidiennement,

– quelle est la fréquence et la durée de mes états d’esprit de tristesse et d’anxiété?

– quand ils sont présents, suis-je capable de simplement les observer?

– suis-je en paix avec les circonstances actuelles de ma vie?

– si je ne le suis pas, est-ce que j’agis pour changer ces circonstances?

– est-ce que je laisse plus de place à mes rêves et à ma créativité?

– suis-je capable de prendre des risques?

– suis-je enthousiaste de me lever le matin?

– suis-je capable de créer des liens harmonieux avec les autres?

– comment j’interagis avec les gens qui me semblent désagréables?

Selon mes réponses à ces questions, je peux affirmer que ma pratique a grandement amélioré ma qualité de vie. Tranquillement, le voile des émotions quitte mon regard et met au jour ma joie naturelle, qui dépend de moins en moins des circonstances extérieures, et mon envie de contribuer au monde. Les pensées et les émotions qui m’habitent sont beaucoup plus positives et en accord avec mes aspirations personnelles, celles qui se sont révélées à moi dans le silence.

  1. Vidéo de Sadhguru : https://www.youtube.com/watch?v=OZT6QObqrAI (en anglais seulement)

Suggestions

J’ai suivi le programme Inner Engineering de la fondation Isha, créée par Sadhguru. Voici le site, si vous souhaitez obtenir plus de renseignements : https://www.innerengineering.com/ieo-new/ (en anglais seulement). Ce programme est simple et les exercices proposés s’intègrent facilement dans un horaire chargé. Je vous conseille fortement d’y jeter un coup d’œil! 🙂