Bienvenue sur notre BLOGUE

De belles réflexions yogiques par Josée R.

Écrire est une de mes passions. L’écriture me permets de mettre sur papier mes pensées, de les organiser, de leur donner vie. En acceptant le défi d’animer le blogue de Yoga Salamandre, j’ai envie d’approndir ma recherche de sérénité et de paix intérieure et de la partager avec vous. J’ai envie qu’ensemble on se donne les moyens de décrocher, de se connecter à notre nous intérieur, de se reconnecter à l’univers mais surtout de trouver la paix. Nous vivons dans un monde chaotique, le chaos est en nous et partout. Peut-être que si nous parvenons à calmer cette tempête intérieure, parviendrons-nous à faire de ce monde un monde meilleur. C’est ce que j’ose espérer. Le chemin sera long, mais chaque petit pas nous mènera à notre destination. J’espère, de par ma plume, parvenir à vous faire cheminer sur ce chemin, le chemin de la paix. Namaste.

Voir le beau -Correspondance entre une jeune et une vieille – 3ème partie

Voir le beau -Correspondance entre une jeune et une vieille – 3ème partie

La neige tombe ce matin, c’est beau. Je n’aime pas vraiment l’hiver, mais je peux reconnaître sa beauté.  Il y a d’autres choses que je n’aime pas, mais je ne suis pas certaine de toujours pouvoir y voir du beau. J’y tâcherai. Quand mon père se fâche Susane, ce n’est pas beau, vraiment pas beau. Je vois la haine. Mais peut-être qu’il y a aussi l’amour. Un amour déguisé, un amour incapable d’être exprimé.

Lire la suite
Je t’assure que je vais bien – Correspondance entre une jeune et une vieille – 2ième partie

Je t’assure que je vais bien – Correspondance entre une jeune et une vieille – 2ième partie

Le monde ne s’appelait plus monde mais coronavirus. Le monde était devenu fou. Un virus venait d’apparaitre sur la planète et on ne savait pas quoi faire avec ce nouveau venu. Le gouvernement a donc décidé que les vieux étaient les personnes les plus à risque. Aux plus de 70 ans, donc moi, sans me demander mon avis, on m’a dit que pour mon bien il fallait m’isoler, il fallait rester chez-moi. Ce que j’ai fait comme tout le monde avant que la femme rebelle se réveille et que je prenne conscience qu’on m’enlevait le droit de choisir et le droit de penser.

Lire la suite
Et toi, comment vas-tu? – Correspondance entre une jeune et une vieille – 2ième partie

Et toi, comment vas-tu? – Correspondance entre une jeune et une vieille – 2ième partie

La pandémie aussi j’en ai marre. Je n’ai pas trop envie de donner mon opinion sur la situation Suzanne, tu sais pourquoi? Parce que certains vont me lire et me hair. Ça ne me dérange pas vraiment qu’ils me haissent, mais ça me dérange de créer de la haine. Notre monde en a déjà assez de ça tu ne trouves pas. J’aimerais créer de l’amour. Comment on fait pour créer de l’amour Suzanne? On m’a déjà expliqué, mais ça n’a pas fonctionné.

Lire la suite
Accepter l’inacceptable – Correspondance entre une jeune et une vieille – 1ère partie

Accepter l’inacceptable – Correspondance entre une jeune et une vieille – 1ère partie

Susane a 75 ans. Elle vit seule, elle a perdu son mari il y a de cela 9 ans. Pour elle, être bien entourée et avoir des projets, lui permettent d’apprivoiser la vieillesse qui, comme elle le dit si bien, a la décence de ne pas arriver du jour au lendemain. Elle me disait aussi qu’à force de cotoyer la mort, autant dans sa vie personnelle que professionnelle, elle avait appris à l’apprivoiser. J’écoute Suzanne, je la lis….mais ma peur ne s’en va pas, elle reste là. 

Lire la suite
Accepter l’inaceptable – Correspondance entre une jeune et une vieille – 1ère partie

Accepter l’inaceptable – Correspondance entre une jeune et une vieille – 1ère partie

Se rapprocher de la mort, c’est d’une certaine façon, se rapprocher de la vie. Prendre conscience de notre mortalité, c’est prendre conscience de notre vie. Nous en avons qu’une…comment voulons-nous la vivre? La vieillesse, je crois, nous apporte cette sagesse. Elle nous fait réaliser que nous avons une date d’expiration. Elle nous donne envie de donner un sens à notre vie. Peut-être que vieillir c’est apprendre à mourir?

Lire la suite
Une main tendue

Une main tendue

Toi l’inconnu, je tiens à te dire toute ma reconnaissance pour ce chemin que j’ai parcouru depuis que nos routes se sont croisées un soir glacial d’été de 1991. Depuis ce jour noir, je fais davantage confiance à mon intuition qu’aux premières mains tendues. Sache, cher inconnu, que ma foi en l’humain et ma dignité sont encore plus vivantes qu’avant. Merci d’avoir contribué à cette fortification de mon être et de ma confiance envers ce que je ressens. Gratitude à moi le battant d’être aujourd’hui le guerrier de lumière que je suis et d’accompagner les autres sur ce chemin lumineux. Heureux d’avoir les outils et les expériences de vie pour choisir, aujourd’hui, les bonnes mains tendues.

Lire la suite